RP by K.S. ft. Envorenn

01 juillet 2007

Préface

    Tout commença pour ce RP, un matin d'automne, où, l'ennui nous gagnant aisément en cours d'espagnol, je proposai à Envorenn de faire un début de RP, lequel accepta. Depuis ce temps qui semble maintenant un peu lointain, de nombreuses choses ont changés, mais ce RP a poursuivi sa route, bon gré mal gré. Pour s'intéresser directement au contenu du dit document, il n'est pas nécessaire de lire les annexes qui vont être postées ci-après. Elles s'incorporent directement au RP, et permettent en fait une meilleure compréhension de quelques phénomènes qui surviennennt au cours des aventures de nos deux héros. Une remarque cependant au sujet de la rédaction de l'ouvrage, voire plusieurs : il n'est que partiellement achevé, ce qui est somme toute logique pour un RP, et son écriture est le fruit du travail de deux personnes principalement, mais vous verrez que des guests sont intervenus. Vous pourrez notament consulter la liste des membres du blog.
     A propos du développement propore du RP, l'on peut dire qu'il s'agit foncièrement d''une reprise d'un certains nombres de mythologies fantastiques, mais qui a aussi sa propre richesse, notament grâcee à la profusion des personnages, très indépendants les uns des autres, et grâce à la multiplication progressive des histoires parallèles, lesquelles ont permis de découvrir davantage le monde d'Ashka qu'un simple suivi des des personnages principaux.
        Une dernière précision porte sur le déroulement du RP : chaque co-auteur écrit d'une couleur particulière, ce qui aura l'avantage de bien différencier les phases de chacun. Cela vaut essentiellement après les premers chapitres.
        Je vous laisse désormais à votre lecture. N'hésitez pas à nous laisser des commentaires, et pourquoi pas à vous porter candidat à la co-écriture de ce RP, ce qui est en fait l'une des raisons principales de sa publication Internet.

Posté par gikios à 10:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


08 juillet 2007

Présentations

Dans une taverne mal famée d'Entaki étaient deux amis de longue date...

Kobe se leva et alla commander deux chopes d'hydromel.
Envorenn fit de même.
Kobe revint à la table qu'ils occupaient. Il but la première chope d'un trait quand arriva à son tour du comptoir son ami. Il lui versa la seconde chope sur la tête car il ne semblait pas très réveillé.
Envorenn lui balança les deux chopes dans la gueule et retourna au bar se prendre un fût puis se dirigea gaiement vers une autre table.
Kobe, qui n'était déjà plus très frai-pas comme l'hydromel-, vint s'asseoir sur les genoux de la prostituée qui était assise à côté d'Envorenn.
Envorenn s'esclaffa en regardant Kobe se prendre une torgnole. Il fit un clin d'oeil à la fille du patron qui lui sourit.
En réalité, elle souriait à Kobe. Elle vint lui apporter une bière agrémentée d'un petit baiser déposé sur sa joue. Kobe regarda, moqueur, Envorenn.
Celui-ci haussa les épaule, sachant qu'il était attendu à la maison par sa puce.
Kobe le savait et lui dit qu'il pourrait décompresser de temps en temps. Pour l'y inciter, il le traita de "coincé". Son ami rougit à ce mot. Kobe s'esclaffa, une gerbe de bière aspergeant sa tunique bleue et le décolleté de la pute sur laquelle il s'était assis.
Envorenn avait rougi à cause de la bière. Commençant à en avoir marre des gloussements stupides de la blonde de pute-vraiment conne-, il alla se chercher un autre fût et alla déconner avec un groupe d'amis.
Kobe, tout humide, alluma sa pipe. Il décida alors de s'amuser un peu avec Envorenn. Il glissa quelques Orë à la pute pour qu'elle aille faire rougir un peu plus son vieil ami.
il alla lui à la table de Gikios, qui, comme à l'accoutumée, était en bonne compagnie.

Envorenn monta à l'étage avec la prostituée et son fût.
Voyant qu'il ne pourrait pas profiter du spectacle, Kobe invita la fille du tavernierà sa table pour se détendre un peu...
Gikios alla se chercher une chope d'hydromel bien fraîche.

Ce qui se passa à l'étage ne peut être lu que par un public averti et ne peut donc pas être écrit ici, ce site pouvant être visité par des mineurs.

(Le CSA s'excuse du désagrément causé auw spectateurs)

*Deux heures plus tard*


Envorenn redescendit, l'air fatigué, et commanda une vodka orange.
Gikios, qui était seul depuis presque une heure-quoique entouré de putes- était saoûl. Tellement que lorsque Envorenn descendit des chambres, il crut voir un vieil ennemi et le frappa. S'ensuivit une bataille générale.
Envorenn sortit un couteau de sa botte.
Gikios sortit une dague et planta une prostituée, croyant frapper un homme.
Envorenn, outré et furieux, lança son coueteau dans la gorge de Gikios. Il sortit deux autres lames de ses manches.
Gikios s'exclama: "Aïe, je crois que j'ai un chat dans la gorge...".Puis il s'écroula, mort.
Les tabourets et les chopes volaient dans la taverne. Ebvirenn se prit un fût il se réveilla au petit matin, la tête trempée par un seau d'eau.

Envorenn se elva, tituba sur deux pas, et remarqua la jeune fille qui l'avait réveillée."Charmante"se dit-il.
Kobe la prit dans ses bras. La jolie brunette était en fait la fille du tavernier. "Pas trop mal au crâne?"
"gné?"Envorenn remarqua la rivière à quinze mètres et décida d'y plonger pour se réveiller.
Kobe s'enquit près de la fille : "Si on allait faire la sieste?". D'un sourire elle acquiesça.

*fin d'après-midi*

Kobe dit à Envorenn : "On sort ce soir? Ma Ferrari Modena est sur le parking."
Envorenn ne comprit pas ces mots...Il alla chercher son cheval noir, Shadow, et s'en alla vers le soleil couchant en chantant des chansons de nains : "des gobelets pour la bière;, des gobelins pour la guerre!"
"I'm a poor lonesome cowboy"entonnait Kobe derrière ses quatre-cent chevaux. Il se mit à la hauteur d'Envorenn et demanda : "Tu montes où on fait la course???"Il rit.
Quand Envorenn vit Kobe assis sur le dos de la fille du tavernier, il comprit que Kobe avait fumé trop d'herbe à pipe.
Kobe, complètement sec, alla se coucher, entraînant dans son sillage la brunette.
Makar, l'ennemi d'Envorenn, arriva et commença à le provoquer.

Envorenn prit l'arbalète qi pendait de sa selle, vusa Makar et lui conseilla de se barrer. Il lui laissa la possibilité d'appeler sa mère en pleurant si il le souhaitait.
Makar sortit un téléphone de sa poche et appela sa mère en pleurant? Puis il dit à Envorenn : " Aux poings. Sois un homme. Sauf si tu es une fillette qui rougit."-Envorenn était encore rouge d'ailleurs-.
Envorenn haussa els épaules, répondit : "et bien je suis une fillette qui rougit." Son carreau alla se planter entre les yeux de Makar qui s'effondra.
"Pas très fair-play"dit Kobe qui était revenu.
"Non, c'est vrai. Je te paie ton coup?"
"Soit".
Envorenn chercha une taverne.
"Allons à la taverne de Kolias."
"Bwaaa si tu veux."
"Arf."
"mmmh."
Les deux s'en allèrent de par les chemins étroits de la ville.
On était en campagne,non?
Tais-toi c'est moi qui raconte!Niak!
Envorenn ne cherche pas à comprendre.
Et se tait.
Il lâche un "connard!".
Kobe fit fi ( brin d'acier ) des remarques de son poivrot d'ami-"arsouille"- et ils allèrent à la taverne de Kolias par les ruelles étroites d'Entaki.
Ils trouvèrent la taverne bondée.
Ils s'assirent à une table. Kobe alla prendre commande auprès de son ami Kolias.
Kolias servit deux bières aux deux hommes.

Envorenn paya et but avant d'observer la salle et ses occupants.
"Regarde à droite. C'est Elsa! Avec Rémi! Celui qui est mais qui n'existe pas d'après l'existentialisme de Pascal ! "
Envorenn regarda Kobe pendant deux deux minutes, secoua la tête et commanda son fût habituel.
"Tu devrais boire moins" dit Kobe tout en se commandant une chope d'hydromel.
Envorenn regarda le plafond et entoura son fût...Avant de s'étouffer en voyant entrer la Garde.
La Garde s'avança pour aller demander à Kolias de surveiller les clients saoûls et prévenir tout débordement. Le Caiptaine, Addo, se prit une chope d'hydromel. Elle n'était pas frâiche ni appétissante-comme Cunégonde-.
Envorenn entoura son fût d'un air protecteur et maternel en jetant un regard noir à Addo.
Kobe, totalement sobre-ne croyez jamais ce que l'on vous raconte-, alla voir Elsa et Rémi, laissant Envorenn et son fût.
"Pascal a dit : le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie." un silence marqué d'un sourire étrange fut la seule réponse à l'élucubration de Rémi.

Envorenn abandonna toute idée maternelle quand son fût fut vide. Il regarda Pascal quelques instants avant de laisser tomber et de remarquer la présence d'un ami poète: Kobe (  eh oui je suis fait ).
"Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie, n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie? " s'exclama rémi de vive voix. I se fit illico embarquer par la Garde. Addo réprimanda Kolias gentiment, sa septième chope à la main, pas vraiment très net. id dit à deux hommes d'emmener Rémi au cachot.
Envorenn( vraiment fait, na bu trop vite... ) vit l'état d'Addo et hurla : "COOOOPAAAAIIIIINNNNN!!!!" en se jetant dans ses bras.
Kobe les rejoignit et proposa un fût d'hydromel à Adooaprès avoir soudoyé une pute pour qu'elle s'occupe d'Addo. Les autres soldats se saisirent d'Envorenn et l'emmenèrent au cachot.
Envorenn vomit sur les talons du sergent pendant le trajet.
Kobe, sorti discrètement avec Kolias, tira à vue sur les gardes. Envorenn ne comprit rien.
Envorenn chercha le comptoir des yeux pour commander une bière...Après trente secondes de vaine recherhe , il hurla au voleur de bar.
Les trois retournèrent au bar. Kobe mit Envorenn au lit avec une bassine et trois fûts d'hydromel, puis barricada la porte. Il finit la soirée avec Elsa dans la pièce voisine.
Cinq minutes plus tard : Envorenn avait fini les fûts.
Dix minutes plus tard : la bassine déborda.
Quinze minutes plus tard : Envorenn sautait le lit vide.

Vingt minutes plus tard, Kobe, entendant du bruit, revint dans la chambre, ferma les volets et garda les clés, puis retourna avec Elsa.
Kolias, en bas, avait toujours Addo sur le dos. La pute envoyée par Kobe était avec lui mais le visage plein de cratères dûs à une acnée chronique d'Addo l'avait dissuadé, d'autant que Kobe était parti.
le Capitaine, qui désormais ne payait plus car il n'avait plus un sou et que c'était un piler du bar enchaînait les chopes.
Kolias lui fit remarquer qu'il ne devait pas faire boire les hommes saoûls.
Addo lui répondit : "Quoi ?  Tu refuses de me servir ? Tu veux aller au cachot ? "

Posté par gikios à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juillet 2007

Rand Al Verne & La Garde

Le lendemain matin, nouveau seau d'eau pour réveiller Envorenn.
"Je t'avais bien dit de ne pas boire autant."
"J't'emmerde!" Envorenn vomit sur les bottes de Kobe.
Kobe lui fit lécher ses bottes.
Envorenn attrapa les bottes et se releva brusquement. Kobe eut soudain mal au crâne. Envorenn tituba vers la porte.
Elsa, qui attendait Kobe devant la chambre, retint Envorenn.
"Tête qui tourne"
"Mal au crâne...Arsouille!"
Envorenn se retourna, jeta un coup d'oeil à Kobe, se retourna, souleva Elsa, se retourna, posa Elsa, se retourna, descendit les escaliers sans tomber....
"Tant pis pour lui. Je vais me recoucher.
-je peux venir avec toi?
-Si tu veux."Il sourit.
Envorenn s'assit lourdement sur une chaise et commanda son petit-déj, puis vérifia qu'il avait toujours son or et ses lames.
Addo, dormait à une table, avec un verre de bière qui n'avait plus la moindre bulle depuis longtemps.
Kolias salua Envorenn et lui demanda s'il avait bien dormi.

"Si on peut appeler ça dormir...Comater plutôt...D'ailleurs, si je suis encore là ce soir, ne me servez pas autant...Tiens, vous avez besoin de sécurité? Ca ne me ferait pas de mal pour une soirée...
-Soit. Tu commences le service à dix-neuf heures jusqu'à la fermeture. Evites de trop boire. Kobe et Elsa sont encore dans la chambre?
-Je ne bois en travaillant. je crois qu'ils y sont encore...oui. Chacun son petit penchant...
"Sûr. Certains avec une fille, d'autres avec une bassine...
Je te sers une chope?

-Non...Et notez bien que la bassine se remplit sans jamais geindre, elle !" Envorenn se dirigea vers la sortie.
"A tout à l'heure..."

*Plus tard*

Elsa et Kobe descendirent et déjeûnèrent tout en discutant avec Kolias.
"Il est parti?
-Oui
-Où?
-Je l'ignore. Mais il sera là ce soir vers dix-neuf heures pour assurer la sécurité.
-Non?
-Si. Mais je vais demander à Rémi de le surveiller.
-Il s'est fait sortir du cachot?

-Oui. Il a dû charmer le garde de service pour peu qu'ils étaient du même côté de la barrière."
Addo se réveilla à cet instant. Il salua kolias et lui dit " A ce soir".
Envorenn entra dans la forge de Prein Byarra et le salua avant de lui demander de vérifier l'état de ses armes. Il observa les oeuvres du forgeron.
Après avoir déjeûner, les deux amoureux-pour peu qu'ils ne l'étaient pas-, errèrent dans les rues d'Entaki.
C'était jour de marché, d'ailleurs. celui-ci était magnifique, plein de couleurs sur les étalages et plein d'effluves douces dans l'air.
Addo et sa patrouille les croisèrent un peu plus tard. il remarqua le sourire de Kobe à sa vue.
"Je te fais rire ?
-Ce soir je vais rire à te voir.
-Gardes, continuez la patrouille. Je vais m'occuper de ce petit insolent."
Kobe attendit le départ des soldats puis sortit de son étui un sabre étincelant. Addo, lui, sortit l'épée courte qui faisai partie de l'équipement impérial. Il fondit sur Kobe, et se retrouva avec le métal froid dans l'estomac.
Estomaqué, il tomba. Kobe jura grandement car cet imbécile de capitaine avait rougi sa lame. Elsa et lui poursuivirent leur chemin.
Ses lames ayant perdu leurs minuscules imperfections, Envroenn retourna à l'écurie de l'auberge pour s'occuper de Shadow. Il en profita pour récupérere son arc long et ses deux carquois qu'il attacha à sa ceinture. Il ressortit pour faire un tour au marché.
Elsa et Kobe, après quelques fruits dégustés, allèrent dans une brasserie pour partager le repas du midi.
Kobe dit à Elsa qu'il avait des courses à faire. il lui donna rendez-vous chez kolias à dix-neuf heures. kobe, sachant que la Garde aurait tôt fait de faire le lien-fictif- ente la veille et la matinée, retournerait probablement chez lui. Il passa l'après-midi à vérifier son équipement. Vers dix-huit heures, il était fin prêt.

Pendant sa visite du marché, Envorenn se senti suivi. Se retournant nonchalament, il remarqua un garde le regardant fixement. Envorenn s'intrduisit dans une ruelle et se cacha dans un renfoncement de porte. Lorsque le garde passa devant, le cherchant des yeux, sa gorge fut ouverte par un coup de couteau. Envorenn rejoignit l'auberge et sa chambre et attendit dix-neuf heures.
De dix-huit heures à dix-neuf heures, Kobe se balada dans Entaki, et étudia minutieusement els alentours de l'auberge. I l repéra sa pote arrière. En chemin, il rencontra également une vieille connaissance. il lui murmura quelques mots à l'oreille puis s'en alla. A dix-neuf heures, il était au comptoir, avec kolias.
"Comment étaient les affaires aujourd'hui?
-Bien. Et ta journée?
-Envorenn est-il là?"
A dix-neuf heures précies, Envorenn descendit calmement les escaliers, dit un bref signe de tête à Kolias et kobe et alla s'adosser près de la porte en ouvrant sa cape, arborant explicitement deux épées courtes, quatre poignards, son arc et la poignée d'une lame longue dans son dos.
kobe alla le voir.
"Tu vas en avoir besoin je pense."
Rémi entra en titubant."salut la compagnie!!!"
Son visage lui rappelant vaguement quelque chose, Envorenn jeta un coup d'oeil à Kolias avant de décider de l'arrêter ou non.
Kobe dit au nouvel entrant : " Alors comment c'est les cachots impériaux ? " il rit.
rémi lui répondit, hagard : " pas très confortable. Surtout le Garde, il était un peu brutal. "
Kobe lui proposa d'aller vérifier les chambres avec lui. Il l'égorgea, sortit par la porte de derrière avec le corps et le cacha dans la pénombre de la ruelle. Il fouilla la dépuille, trouva un peu d'argent, le prit, trouva deux couteaux rouillés, les jeta, puis rentra à l'auberge.
Kolias lui demanda : " Où est Rémi ? "
-parti faire un somme. Je le remplace, si tu veux.
-Soit."

un poivrot entra en hurlant qu'il voulait des filles. le crissement d'une lame sortant d'un fourreau et la garde de l'épée longue s'abattant sur son crâne se firent entendre. Envorenn traîna l'homme dehors et le jeta dans le caniveau.
Elsa arriva alors, juste après qu'Envorenn soit de nouveau rentré. Elle salua Kolias et Envorenn, jetant à ce dernier un coup d'oeil soupçonneux, à la vue de ses armes à peine dissimulées. Elle embrassa Kobe qui lui dit qu'elle devrait rentrer. il la retrouverait le lendemain matin au "Divin Empereur". Elle s'en alla donc, l'air triste.
Envorenn remarqua un bâton de combat dans un coin de la pièce. il alla le chercher et revint à sa place. Une patrouille entra. le premier des gardes trébucha sur une extrémité du bâton qui trainait. il s'affala, provoquant un éclat de rire général.
La patrouille poursuivit son entrée. un nouveau Capitaine -ce qui ne manqua pas de faire sourire Kobe et de froncer les sourcils épais d'Envorenn ainsi que ceux de Kolias-, se dirigea vers ce dernier.
Les mains d'Envorenn s'approchèrent lentement de sa ceinture. Il essaya d'entendre l'échange entre Kolias et le Capitaine.
le ton monta soudainement entre le Capitaine et Kolias. Kobe s'empressa de sortir par la porte de derrière, la barricader, rentrer par l'entre, et de la bloquer de l'intérieur.
Le Capitaine lui demanda : " Que faites-vous ?
-Vous voulez vraiment le savoir?
le bâton tomba à terre, les épées courtes sortirent de leurs fourreaux."Doucement avec le patron", dit envorenn avec un sourire carnassier.
Kobe, qui n'avait pas bougé, sortit son sabre à son tour. Il le regarda fixement et vit dans l'éclat de la lame un soldat s'avancer vers lui. Mal lui en prit, car son épée à deux mains finit à terre, mains accrochées.
les clients qui étaient déjà là furent pris d'effroi. Ils tentèrent de s'enfuir mais les Gardes avaient bloqué l'escalier et la cuisine.
Deux gardes encadrèrent Envorenn. Conséquence logique : deux têtes quittèrent leurs épaules respectives.
Kobe jeta une fiole apr terre, et la pièce sombra dans le noir. Il utilisait ce stratagème car il pouvait voir la nuit.
Les yeux d'Envorenn devinrent couleur or. L'ex-assassin, fils d'un Loup-garou, sentit une vague meutrière monter en lui.
Kobe, sentant le sang autour de lui, frémit de plaisir. Ses pupilles étaient dilatées et injectées de sang. Le massacre pouvait commencer.
Kolias, fort prudent, s'était retranché grâce aux ténèbres dans la trappe aménagée derrière le comptoir. il préférait ne pas imaginer ce qu'un Loup et un Vampire pouvaient faire comme dégâts...
Envorenn tua le Garde qui le séparait de la porte et l'ouvrit d'un violent coup de pied. Il se retrouva nez à nez avec une vingtaine de soldats guidés par le chasseur de primes Rand Al'Verne, qui le traquait depuis longtemps.
Kobe se demandait quand allait enfin arriver celui-ci. Il lui devait une faveur et il l'avait rendu une heure auparavant. Cependant, il le haïssait cordialement. Et en conséquence de cause, il ferait ce soir d'une pierre deux coups. Il se fraya un chemin jusqu'à Envorenn et lui dit : " Je suis avec toi."
Les épées tournant dans ses mains, Envorenn s'élança vers Rand. Trois soldats tentèrent de l'en empêcher. Envorenn lança alors la danse des Lames, antique technique de Maître Es Armes. aucun des trois ne vit jamais la lune se refleter dans les yeux jaunes du demi-Loup.
Kobe riait à gorge déployée alors que son sabre déchirait la chair des soldats. Un instant, la lame rencontra une résistance. Kobe regarda son adversaire, qui ne pouvait que le deviner. il rit, sortant un couteau de son ample manteau et le lançant dans la gorge du pauvre soldat.
Les soldats se lancèrent vers le vampire, Envorenn se retrouva alors en duel avec Rand qui sortit deux lames à son tour. Les quatre lames s'entrecroisèrent.
Kobe se dirigea vers la porte tout en évitant els lames et en contournant les duelistes pour la fermer. Ceci fait, l'obscurité était quasiment totale, seule la lumière filtrant par l'interstice de la porte défoncée éclairait une petite partie de la pièce.
rapidement, les soldats furent désorientés et il fut facile pour Kobe de s'en défaire. Son sabre virevoltait et sifflait dans l'air et s'abattait sur ses victimes avec une force et une vitesse démoniaques. Laissant Envorenn à son duel, il jugea nécessaire d'éliminer les clients. Car si Kolias et Envorenn pouvaient savoir que coulait en lui du sang de vampire, Kobe préférait garder cette information discrète. Il massacra donc tous ceux que sa lame rencontra.
La pièce était de nouveau plongée dans l'obscurité presque totale. On entendait les cris des victimes du vampire et les sanglots angoissés des survivants, qui voyaient leur nombre décroître chaque instant.
Derrière la porte, Rand et Envorenn s'observaient.
Les lames toujours croisées, le regard d'or rencontrait le regard noir de Rand. trente secondes s'écoulèrent pendant lesquelles les deux rivaux restèrent immobiles. Rand cilla. le mouvement brusque du demi-Loup le repoussa de deux mètres. Envorenn le chargea.
Kobe ouvrit la porte en grand. Il vit ainsi qu'il ne subsistait aucun survivant. N'entendant plus aucun bruit au-dessus de lui, Kolias sortit de sa cache. Il vit alors son vieil ami Kobe. Puis son regard se porta sur la salle dévastée, pleine de cadavres déchiquetés par la lame du sabre désormais rouge sang du Vampire.
"Ne sors pas. Envorenn est en duel. Pour ce qui est d'ici, tu n'as rien vu rien entendu, tu as été assommé dès le départ.
-Entendu.
-Bien, commences à ranger, je vais voir Envorenn.
-Tu comptes l'aider?
-Ce n'est pas mon problème."Il sortit...

...Et sentit un sifflement qui le fit se baisser. Un choc sourd survint et il vit une lame enfoncée jusqu'à la garde dans le mur, à deux centimètres de l'endroit où se trouvait sa tête. La main droite de Rand tenait encore la garde. Un grondement de rage, un hurlement de douleur et de terreur brutalement stoppé, et la tête du chasseur de primes roula jusqu'aux pieds de kobe. Envorenn rangea ses lames.
"Joli coup."Ses yeux reprirent une couleur verte, et son envie de sang s'évacua peu à peu.
"Kolias est sain et sauf. Il va t'héberger cette nuit. Moi, je file chez Elsa.
-C'est ça...Je vais rester dormir sur les lieux d'un massacre...Amateur...
-Soit. Moi je vais chez Elsa. Demande à Kolias où dormir. Et tant qu'à faire, dis lui d'aller prévenir la Garde du massacre. Il suffira qu'il taise nos noms.
-Tu lui fais confiance?
-En effet. je sais des choses qu'il n'a pas intérêt à ce qu'elles soient sues.
-Quoi donc?
-Tu le sauras si nécessaire...
-Sauf si tu meurs...
-Que veux-tu?
-Bah...Ce ne sont pas mes affaires...je quitte la ville ce soir, à l'instant. Tu me retrouves demain matin à mi-chemin de Hirnezz si tu veux. On verra quoi faire après. Remercie Kolias pour moi. Embrasse Elsa."
Envorenn se dirigea vers les écuries.
Kobe resta donc seul. il retourna voir Kolias lui faire part de ce qu'avaient prévu les deux compères. Kobe lui laissa un billet au tavernier et partit.
Kolias alla donc à la Caserne un peu plus tard dans la nuit. faute de coupable, l'enquête fut rapidement close et l'on pendit cinq malheureux pour l'exemple sur la place publique.

Le lendemain du massacre, Kobe s'en était allé de la douce ville qui avait été le théâtre de sa barbarie, emmenant avec lui la belle Elsa sur sa monture, Ferrari...(Vive l'herbe à pipe!)

Posté par gikios à 14:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 juillet 2007

La Purge d'Hirnezz

Posté par gikios à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]